AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Desmond Dillinger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Desmond Dillinger


avatar

Auror de Rang A
Professeur de Magie Noire
Directeur du Club de Duel


Messages : 28
Date d'inscription : 14/10/2012

MessageSujet: Desmond Dillinger   Sam 29 Mar - 21:56





Desmond Dillinger


feat. Michael Fassbender


Identité


Nom complet : Desmond Dillinger
Date de naissance : 18 juin, 32 ans
Lieu de naissance : Londres
Orientation sexuelle : Hétéro
Statut du sang : Sang pur
Baguette : Bois d’Aubépine, 27,7cm, ventricule de coeur de dragon
Métier : Auror / Professeur de Magie Noire / Directeur du Club de Duel

Profil


Psychologique : « Je ne fais pas de politique. » Si cette citation ne pourrait décemment pas être associée à un membre de la faction d’élite du Ministère de la Magie, elle sied pour autant parfaitement à Desmond, qui semble avoir pris pour leitmotiv de ne jamais prendre parti, pour quelque motif que ce soit, et pour cause : le parti pris est subjectif, et la subjectivité ne peut que nuire à son travail. En toute situation, Desmond en analyse chaque élément en adoptant une objectivité des plus déstabilisante pour qui n’est pas familier du caractère de l’auror. Pour autant, sans doute est-ce là la clé du talent certain qu’il possède en matière d’enquête ; de ce sens minutieux de l’observation couplé à un traitement des données objectif lui permettant de progresser dans son enquête sans perdre de temps. Ce sens de l’observation est par ailleurs suffisamment poussé pour qu’il ne soit pas rare que l’auror remplisse sa mission sans n’avoir à quitter son bureau, simplement en observant les différents commanditaires, les personnes incluses dans l’affaire, avant de les coupler avec les tenants et aboutissants du schéma de l’affaire et les personnalités de chacun, Desmond se plaisant à lire en l’autre comme dans un livre ouvert, sans n’avoir à faire usage de quelque forme de légilimencie mais simplement en observant leur langage corporel. En d’autres termes, Desmond est un auror d’exception, et cela lui est possible avant tout grace à ce sens de l’objectivité prédominant dans le cadre de ses fonctions. Pour autant, dès lors qu’il sort de ce cadre, il adoptera une personnalité plus humaine. Il n’est alors pas que ses proches pour vanter son savoir vivre et sa bonne compagnie. C’est tout à fait naturellement que son extraversion le mènera à la rencontre de son prochain, avec qui il fera en toute situation preuve de toute sa bonne éducation, n’élevant jamais la voix plus que de nécessaire et faisant toujours de son mieux pour conserver une attitude des plus courtoises. Ainsi arborera-t-il cette attitude joviale, adepte de l’humour du bon mot, de la répartie cinglante, détendant toute atmosphère, aussi sombre soit-elle. Car ici réside le grand secret : pour peu que l’on ne prenne rien réellement au sérieux et que l’on parvienne à se rire de tout, la vie n’est qu’un grand jeu où rien n’a vraiment d’importance.

Physique : Bien dans la moyenne, son mètre quatre-vingt-deux de hauteur pour ses soixante-douze kilos lui permettent de ne pas avoir à courber l’échine dès lors que le duel éclipse le plan de l’intellect au profit de la force physique. Il serait d’ailleurs judicieux de préciser que, formé comme tout garçon de bonne famille aux arts de la boxe anglaise, si ses muscles ont eu la décence de ne pas se parjurer d’une proportion en tout point outrageuse, ils n’en ont pas moins été sollicités, à lui en offrir un corps particulièrement sculpté. L’élégance de ses traits se retrouve jusque dans ceux de son visage, où la finesse de ses lèvres pincées et rieuses viennent trouver contraste avec la bestialité de ses crocs tandis que, plus haut, ses yeux lumineux de cet éclat si particulier permettent entre mille de trahir toute la malice de son être. Ses cheveux, enfin, d’un brun sombre et toujours parfaitement coiffés, placés en arrière afin de ne pas entacher la propreté de son apparence, viennent préciser un goût vestimentaire certain, où le luxe n’est pas mis au service de l’abondance mais de la plus aristocratique des élégances. Son corps, pour autant, est parsemé de fines cicatrices trahissant son métier d’auror. Il possède également des tatouages runiques couvrant ses deux bras, apposés un à un avec le temps comme une protection mystique contre les nombreux dangers de sa profession.

Signe Particulier : Toute l’ambiguité de son être se retrouve catalysée en un point tout à fait révélateur de son attitude. S’il semble bien malaisé de parvenir à découvrir les pensées concrètes du garçon, celui-ci ayant été formé très tôt aux arts si subtils de la légilimencie et de l’occlumencie, faisant de son esprit le plus imprenable des coffres, cela s’illustre à merveille par son goût pour l’usage des sortilèges imprononcés. En effet, bien rares sont les duellistes à l’avoir un jour entendu prononcer le moindre sortilège. Un duel se base avant tout sur l’information, et le coup n’est jamais mieux porté que lorsque l’adversaire n’a aucune idée de ce qu’il doit pouvoir parer.

Information quant à votre métier.


Desmond est un Auror de Rang A pour le Ministère de la Magie, ce qui fait de lui le membre le plus prestigieux de son département. Le Ministre lui-même n’a de cesse que de lui proposer le poste de directeur du département, mais Desmond n’a de cesse que de refuser. Le travail de bureaucrate n’est pas pour lui, il se sent bien plus dans son élément une fois sur le terrain. En parallèle de son travail pour le Ministère, Desmond est professeur de Magie Noire à l’Université de Poudlard, où il dirige également le club de duel. En tant que professeur, Desmond, bien conscient d’avoir été assigné là pour le retirer quelque peu du terrain, pourrait bien justement être aigri, pour autant, il n’en est rien. Ayant participé aux événements de l’assaut du Ministère, il sait que la nouvelle génération a beaucoup à offrir, aussi fait-il de son mieux pour les aider à se révéler à eux-mêmes. Aussi, en tant que professeur, Desmond fait de son mieux pour parvenir à motiver ses élèves et rendre son cours aussi passionnant et immersif que possible. Loin du professeur ronflant son cours comme une litanie somnolente, Desmond, bien au contraire, anime ses cours en faisant participer ses élèves, qu’il ne manque pas de prendre en considération, basant ses rapports avec eux sur le respect de leurs points de vue et de leurs idées, et en ne manquant pas de teinter de son humour caractéristique ses tournures de phrase.

Histoire


Toutes les histoires ne commencent pas par la présentation de jeunes prodiges venus au monde dans des conditions épouvantables, et c’est tant mieux ; tout le monde n’a pas à voir ses parents assassinés et s’en retrouver défiguré pour marquer son siècle. Desmond est né un matin de juin, dans une pièce baignant dans une douce lumière de cette fin de printemps; d’un hôpital on ne peut plus conventionnel, aussitôt accueilli par chacun de ses deux parents et son frère aîné. En un mot comme en cent, Desmond est venu au monde dans le plus admirable des cadres. Son père, courtier en finances privées, faisait aisément prospérer la fortune familiale, tandis que sa mère, journaliste de renom à la Gazette du Sorcier, parvenait sans gêne à lier vie professionnelle et vie privée.

En de telles conditions, il serait possible de se demander comment Desmond en a pu arriver à développer telle personnalité, dont l’avenant naturel se retrouve balancé par une cruelle imperméabilité à quelque forme de remord. La réponse pourrait être, tout simplement, que les gens ne se caractérisent pas comme dans les romans pour adolescentes prépubères : toute personne ayant été élevée dans un environnement sain ne finit par pour autant à arborer les couleurs trop vives des Gryffondors à se battre sans relâche pour des valeurs utopiques en passant au passage le plus clair de son temps à sauver la veuve et l’orphelin, de la même manière que toute personne ayant connu la misère et l’injustice ne finit pas pour autant à se farder du tribut verdâtre des Serpentards à conspirer dans l’ombre en vue de venir le plus grand mage noir de tous les temps. Non : il y a un juste milieu à tout, et la vie telle que nous la connaissons est bien plus complexe que cela. Il s’agit parfois d’un rien pour que, un élément infime en entraînant un autre dans une longue chaîne d’effet papillon, on finisse ainsi plutôt que comme cela, et les caricatures grotesques n’ont rien à voir là dedans.

Si ces verbeux verbiages peuvent cependant trouver quelque intérêt, c’est bien que, si l’homme ne semble pas briller pas pour son sens de l’empathie, c’est bien qu’il cherche en tout point l’objectivité, ayant tôt fait de comprendre qu’il s’agit là de la meilleure manière de traiter les informations, ce qui explique certainement son goût particulier pour les livres. Cela ne l’empêche pas d’avoir un sens de la justice bien marqué, le poussant à donner couramment la parole à celui qui semblerait, à première vue, coupable de quelque péché. Ce fait si particulier de sa personnalité, ce sincère soucis de l’équité en tout point, et de l’objectivité, l’ont mené  rapidement à comprendre une chose : pour peu que l’on cherche à observer la vie du plus neutre des points de vue, il est aisé de réaliser à quel point elle n’a aucun sens. Aussi, tout ne peut être qu’un jeu. Cette chance donnée à la parole de celui que l’on révoque, couplé à ce goût profond pour l’humour le plus dénué de sens placé dans les situations les plus tendus ne tardèrent pas, tout au long de sa vie, à le voir être considéré par les gens de son entourage comme un homme en tout point particulier. Le genre de personne dont on vante l’intelligence durant les diners mondains, avec lequel on se plait à entretenir une conversation des plus passionnantes sur la politique menée par le gouvernement ou les fluctuations boursières du marché actuel, mais avec qui l’on évite d’aborder des sujets trop personnels, ou d’en venir à émotionnellement s’impliquer, comprenant assez rapidement qu’on ne parviendrait à trouver chez lui l’épaule sur laquelle pleurer, ou ne serait-ce qu’une forme de joie aussi feinte soit-elle pour peu que l’on vienne à lui annoncer un mariage, une naissance ou quelque autre bonne nouvelle. Il était ainsi de connaissance commune parmi les gens de la haute que, s’il était en tout point hautement aimable et d’excellente compagnie, l’homme n’était en rien intéressé par la vie d’autrui. Ce qui l’intéressait réellement, déjà et de tout temps, c’était bel et bien le mystère, l’énigme, ou que que ce soit qui lui permettre de faire travailler son intellect de quelque manière objective.

C’est donc dans ce cadre que grandit Desmond, bercé par des parents aimants et une aristocratie qui ne l’intéressait en rien, humainement parlant, pour peu que le facteur humain soit susceptible d’être décelé chez eux. Inutile de feindre quelques larmes, le jeune homme n’était en rien seul ; il avait ses livres. Aussi, lorsqu’il reçu comme tout jeune sorcier sa lettre de Poudlard, le choixpeau n’eut pas à réfléchir bien longtemps : il lui suffit d’effleurer la tête de Desmond pour l’envoyer parmi les érudits Serdaigle. Il y passa une scolarité exemplaire, les livres qui l’avaient accompagné depuis sa plus tendre enfance n’ayant rapidement plus de secret pour lui, lui permettant de passer ses nuits au lit de quelque fille qu’il oublierait au réveil sans que ses escapades nocturnes ne l’empêche en rien de briller aux examens de la première heure du lendemain, et de reprendre le soir venu au lit d’une autre.

Les filles et les livres, voilà qui définirait plutôt bien la vie de Desmond durant sa scolarité. Une fois avoir achevé ses études, il passa les concours d’entrée au département des Aurors, car il voyait là une occasion non pas d’appliquer la justice, ce qu’il devait bien avouer ne l’intéresser que bien moyennement, mais de résoudre des énigmes, des mystères. Faire travailler ses méninges, et progresser par la seule force de son intellect. N’en étant pas moins duelliste un hors pair, il ne manqua pas de briller au sein du département, et ne prit pas de temps, sous le commandement du directeur Shacklebolt, à grimper les échelons pour rapidement prendre la tête des classements de cette élite d’intervention. Aussi, lorsque Shacklebolt arriva à la tête du Ministère, il ne tarda pas à se tourner vers Desmond pour lui demander de prendre sa succession à la tête du département des aurors. Pour autant, Desmond refusa cordialement cette invitation, le travail de bureau ne l’intéressant en rien, puisque celui-ci le privait en tout point de ce qui le motivait dans son travail, résoudre des mystères, retrouver une logique dans le chaos le plus parfait. Ce refus de la part de Desmond commença à marquer sa mise au banc du département de la part des autres aurors eux-mêmes, qui ne voyaient pas d’un très bon oeil ce Rang A qui se permettait de refuser une telle promotion, d’autant plus qu’il était évident qu’il aurait été bien meilleur à cette position que celui qui la remplirait désormais, ce qui ne pouvait que pousser ce nouveau directeur à tenter d’amplifier cette mise à l’écart du groupe. Rapidement, Desmond se retrouvait à nouveau isolé au sein même de son propre département, ce qui, avouons le, ne le dérangeait en rien.

Lorsque les premières rumeurs de la Menace commencèrent à se propager, Desmond mena l’enquête de son côté, sous l’instigation du Ministre lui-même, jusqu’à permettre l’incarcération du leader présumé de la Menace. Pour autant, celui-ci ne se révéla qu’être un homme de paille, et la Menace était désormais si présente qu’elle en était venue à placer ses hommes dans tous les départements, y compris au sein du département des aurors, ce qui repoussa encore un peu plus Desmond à l’isolement, le département prenant soin de l’empêcher de le faire enquêter sur quoi que ce soit de réel envergure. Quand Shacklebolt fut poussé à la démission, Desmond, fidèle lieutenant du Ministre depuis toujours, voulu démissionner, mais celui-ci le convaincu de ne rien en faire. En lieu et place, et l’invita à rejoindre l’ordre secret qu’il dirigeait en but de lutter contre cette Menace. Ainsi Desmond rejoignit-il le Silence pour en devenir un lieutenant majeur.

Lors du grand affrontement, il fut celui qui, de l’intérieur, permis au Silence et à la Chute de passer les portes du Ministère pour permettre à l’ultime duel d’avoir lieu. Il combattit vaillamment aux côtés du Silence, mais ne pu s’empêcher d’être particulièrement impressionné par l’érudition et l’ambition des membres de la Chute. Rapidement, le combat tourna en leur faveur, et la Menace fut détruite.

Desmond était désormais un héros de guerre, pour autant, les héros de guerre n’ont rien à faire en temps de paix. Aussi, le nouveau Ministère l’envoya prendre un poste de professeur au sein de l’Université de Poudlard. Dillinger alla consulter son mentor de toujours pour obtenir son avis sur la position à tenir face à cette proposition, et Shacklebolt et lui arrivèrent rapidement à la conclusion que, de tout temps, les étudiants de Poudlard avaient su constituer l’ultime espoir. Aussi, puisqu’à jamais l’histoire se répète, sans doute était-il préférable d’accepter pour être certain que si, de toute évidence, bien que la paix soit revenue, la corruption n’était jamais là, l’espoir du monde sorcier ne tombe pas entre les mauvaises mains. Il rejoint alors Poudlard pour y enseigner la Magie Noire, dans le but avoué de vouloir s’assurer que n’importe qui ne ferait pas n’importe quoi de cette matière à la fois très importante et extrêmement dangereuse, avant de signer pour prendre la direction du club de duel, pour former lui-même la nouvelle génération à cette discipline qui pourrait leur sauver la peau bien plus qu’ils ne le pourraient le penser. Pour autant, il ne quitta pas son poste au Ministère, et demeure un Auror de Rang A, ce qui veut dire que, lorsque les autres membres du département n’arrivent pas à aboutir à une solution convenable dans une affaire, c’est à lui que l’on fait appel. Ainsi commence pour Desmond Dillinger cette nouvelle année, rejoignant l’Université de Poudlard pour y dispenser ses cours tout en gardant son poste d’Auror de Rang A au Ministère.

Soi réel



Pseudonyme : Desmond
Âge : 23 ans
Présence sur le forum : 6/7
Comment avez-vous connu ce forum : Sur internet
Code du règlement : Too long, didn’t read
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Desmond Dillinger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (M) Taylor Kitsch ft. Thomas Desmond Fletcher • Libre
» TLC [J.B.L. & Desmond Wolfe]
» Rio Dillinger ~ En cours
» Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie [Rio Dillinger]
» Prime Rio Dillinger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Time For Change ::  :: Articles mondains :: Fiches validées-